Posts

L’archivage a-t-il de l’avenir ?, Marie-Anne Chabin

Découvrez l’article “L’archivage a-t-il de l’avenir ?”, écrit par Marie-Anne Chabin.

Évidemment la réponse est OUI, l’archivage a de l’avenir parce qu’il n’a jamais été aussi important dans la société et dans les entreprises de veiller sur le devenir des données, de leur création à leur destruction. Et pourtant, l’archivage est loin d’être une évidence pour tous.

L’archivage est un geste fort

L’archivage est ce geste managérial qui conduit à mettre en sécurité les documents ou données qui engagent dans la durée, avec une règle de vie qui pilote leur qualité, leur stockage, leur pérennisation, leur accès et leur destruction un jour, au mieux des intérêts de tous. On disait autrefois « classer aux archives », c’est-à-dire transférer délibérément les documents importants dans un lieu sécurisé, pour s’y référer plus tard, à titre de preuve et de mémoire. Les anglo-saxons parlent de records (les documents enregistrés car dignes d’être enregistrés dans un centre de conservation), et de records management.

Précisions sur les exigences incluses dans la règle de vie :

La qualité des données semble une évidence mais il n’est pas inutile de le répéter : si on archive un document de mauvaise qualité, il ne deviendra jamais un document de bonne qualité. Si le document n’est pas authentique au moment de son archivage (c’est-à-dire dont l’auteur est identifié et sûr et dont la date est certaine), il sera très difficile d’établir a posteriori son authenticité. De même, si un document n’est pas fiable parce que sorti de son contexte, farci de sigles ou de formules inintelligibles, non validé, etc. il sera hasardeux de l’utiliser. Dès lors, pourquoi le conserver ?

Le stockage – qui n’est qu’une composante de l’archivage – renvoie au fait que tout document archivé est conservé physiquement quelque part, qu’il s’agisse d’un rayonnage pour les supports physiques ou d’un disque, un data center pour les fichiers numériques. Comment gérer un objet si on ne contrôle pas sa localisation ? La question est aussi celle de la territorialisation des données, ne serait-ce que par l’exigence du fisc français de conserver sur le territoire français les données qu’il peut être amené à contrôler.

La pérennisation est le corollaire de la durée de conservation : dès que la durée de conservation dépasse un certain nombre d’années, disons 10 ans en moyenne, les supports numériques requièrent des migrations de formats et/ou de supports pour continuer d’être lisibles et exploitables.

L’accès est la finalité même de l’archivage : à quoi bon archiver si ce n’est pas dans la perspective de consulter un jour les documents archivés ? À noter que l’accès à deux volets que sont, d’une part les droits d’accès, les habilitations (à gérer également dans la durée, ce qui est souvent mal fait), d’autre part, les outils qui permettent de retrouver le document précis ou l’information recherchée.

La destruction est le destin de la majorité des documents d’entreprise, au bout de 5, 10, 30 ans ou plus sauf si leur valeur patrimoniale suggère de les conserver parmi les archives historiques (voir sur ce sujet la théorie des quatre quarts des archives historiques).

Mais ce n’est pas tout : pour que ce geste soit toujours efficace, il faut que la démarche concerne l’exhaustivité des documents et données de l’entreprise qui portent une valeur de preuve ou de mémoire. Si des documents qui engagent la responsabilité de l’entreprise ne sont pas gérés (conservés, détruits conformément à l’environnement réglementaire et à ses intérêts), l’entreprise court un risque. Si, à l’inverse, des documents ou des données sont indûment conservés dans l’entreprise (les données personnelles notamment), elle court également le risque d’une utilisation malencontreuse ou tout simplement d’une sanction des autorités pour non-conformité à la loi ou au Règlement général pour la protection des données personnelles.

Donc l’archivage est tout sauf obsolète. Et pourtant, deux courants, pour ne pas dire deux « idéologies », observables actuellement dans la société semblent le menacer. La démarche d’archivage managérial est en effet prise en étau entre deux attitudes néfastes : celle de ceux qui veulent tout mettre dans le cloud et laisser les technologies capturer, diffuser, trier, déréférencer, etc. ; et ceux qui veulent tout collecter pour être trié après par des archivistes (des archives intermédiaires aux archives historiques). Ces deux attitudes extrêmes sont le ferment d’une déresponsabilisation dommageable des entreprises sur leurs écrits, les données qu’elles traitent et les documents qu’elles reçoivent.

Tout conserver, c’est ne rien archiver

Depuis près de trente ans, le développement des technologies numériques instille chez les utilisateurs cette idée que l’on peut tout conserver en informatique et qu’il est ringard de s’occuper d’autre chose que de produire des données selon ses envies et d’accéder à l’information selon ses désirs.

Cette invitation des outils à la paresse et à la négligence des utilisateurs est très séduisante : pourquoi s’embêter et se contraindre à des tâches fastidieuses puisque les technologies permettent aujourd’hui de tout stocker pour quelques euros de plus, de tout retrouver, de tout classer ?

Il y a là un amalgame fâcheux entre la capacité technologique à soulager l’humain dans des tâches fastidieuses ou minutieuses et la responsabilité humaine de constituer une mémoire fiable, cohérente et raisonnée de ses activités, mémoire contrôlée au sein de laquelle cette capacité technologique peut donner le meilleur d’elle-même.

Les outils seront d’autant plus efficaces que les écrits éphémères ou périmés seront éliminés au fur et à mesure de leur péremption. Tout conserver, c’est ne rien archiver. Tout conserver, c’est subir le stockage. Tout conserver, c’est laisser aux outils le soin de gérer – ou de ne pas gérer – les traces humaines.

Cette inféodation à la technologie conduit les individus et les entreprises à abdiquer la responsabilité de définir les règles de vie des documents et des données qui leur appartiennent. C’est un renoncement au droit de chacun à l’archivage conscient et délibéré de ce qui a du sens à être conservé, pour la preuve, pour la conformité ou pour la connaissance.

Et c’est sans compter avec :

  • les exigences légales de protection des données personnelles portées par le Règlement général pour la protection des données personnelles ;
  • les coûts énergétiques de la conservation du rien ou du nul ;
  • l’ambition légitime d’une mémoire (débarrassée de ses scories informationnelles) à transmettre à la génération suivante.

Si tout est archive, il n’y a rien à archiver

Une autre idée s’est incrustée dans les esprits depuis quarante ans, au moins dans le secteur public : « tous les documents naissent archives ».

Cette affirmation pose question. En effet, si les archives sont (au plan linguistique) le fruit de l’archivage de documents, autrement dit la conséquence du classement de ces documents aux archives, cette « génération spontanée » d’archives court-circuite la notion même d’archivage, en tant que geste volontaire et managérial de mise en archive. Si tout est archive, l’archivage n’existe plus.

Cette conception des archives s’appuie sur la définition légale française des archives, apparue en 1979 dans la loi sur les archives (3 janvier 1979) et inscrite depuis, légèrement modifiée, dans le code du patrimoine, art. L211-1. Le texte dit : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité ».

La formulation laisse une place à l’interprétation. En effet, « dans l’exercice de leur activité » peut être vu comme restrictif et viser les documents officiellement produits au titre de l’activité ; l’expression peut aussi être considérée comme un simple périmètre géographique et temporel de production : tout brouillon produit au sein d’un organisme public ou par un des collaborateurs de cet organisme est un document d’archives publiques, même s’il n’a jamais été validé ni diffusé.

Les prises de positions du Service Interministériel des Archives de France (SIAF) de ces dernières années optent clairement pour la seconde acception. Et sur ce plan, le secteur public influence en partie de le secteur privé ou parapublic.

Dire que tout est archive, cependant, ne signifie pas qu’il faut tout conserver. Les archivistes sont les premiers à dire que toutes les archives ne doivent pas être conservées et leur mission consiste en bonne part en la mise en œuvre des circulaires de tri diffusées par l’administration des Archives ou élaborées dans leurs organismes respectifs. La nuance est que la sélection est faite par les archivistes et que les services producteurs et propriétaires des documents et données produits ou reçus sont en quelque sorte dépossédés de la responsabilité d’archiver qu’ils avaient autrefois, avant cette loi ou avant son interprétation si étroite.

Cette position exclusivement archivistique ignore l’archivage en tant que tel, en tant que sélection motivée des documents à conserver par le propriétaire, et ce au nom du droit de regard des archivistes sur toute production documentaire, au cas où il y aurait quelques traces modestes, non essentielles pour l’organisme producteur mais potentiellement éclairantes pour l’histoire de cet organisme ou l’histoire de l’époque.

L’holoarchivisme n’est pas le seul moyen de conjurer cette crainte de rater un document croquignolet ou symbolique dans la constitution du patrimoine archivistique d’une collectivité publique. Il est possible de préserver la collecte éclairée d’archives non essentielles à la vie du service tout en laissant à chaque entité juridique la responsabilité de gérer sa production documentaire en fonction de ses obligations et des risques externes et internes à conserver ou à détruire. Ce moyen est d’appliquer la collecte en suivant la théorie des quatre quarts des archives historiques qui dissocie la collecte des archives historiques provenant des documents archivés au nom de l’organisme (gestion du cycle de vie des documents engageants) et la collecte des archives historiques complémentaire via une prospection active de l’archiviste auprès des acteurs de la collectivité auprès de laquelle il exerce son métier, tout comme un bibliothécaire ou un conservateur de musée repère et acquiert les objets susceptibles d’enrichir ses collections. Cette distinction serait même vertueuse pour l’historien car la provenance serait plus explicite et mieux documentée.

Défense et illustration de l’archivage managérial

Entre la tendance « user centric » des nouveaux outils proposés aux entreprises (l’utilisateur est en relation directe avec le cloud comme si l’information n’appartenait qu’à celui qui la manipule) et la tendance archivistico-historique du tout archive, les dirigeants d’entreprise peuvent se sentir confortés dans leur ignorance de l’archivage et dans leur négligence du devenir des données.

Or, de déresponsabilisation à irresponsabilité, il n’y a qu’un pas.

Il y a donc lieu, encore et toujours, de les alerter sur les enjeux du non-archivage et sur la nécessité d’élaborer des règles de création-conservation-destruction des données dans leur entreprise car ces données sont des actifs informationnels dont l’entreprise est comptable (accountable) devant ses actionnaires et devant les autorités. Ces dirigeants doivent intégrer une démarche d’archivage managérial dans le cadre d’une politique globale de gouvernance de l’information, avec les concepts managériaux de proportionnalité et de raisonnabilité.

Espérons que le Règlement général pour la protection des données personnelles fera avancer les choses (voir la table ronde du CR2PA sur ce sujet).

En effet, l’exigence impérative de documentation des processus et de fixation de durées de conservation des données personnelles va s’imposer à tous dès le printemps prochain. Qu’elles se trouvent dans des bases de données ou dans des documents, les données personnelles devront être gérées de près, qualifiées en regard des activités réelles de l’entreprise, stockées dans des lieux contrôlés, accédées selon des droits justifiés, sorties ou maintenues dans l’entreprise en application de règles motivées.

Pourquoi les dirigeants n’en profiteraient-ils pas pour étendre la démarche à tout type de données au moyen d’une politique globale d’archivage managérial. Les entreprises y gagneront en investissement et en crédibilité.”

Copyright@Marie-Anne Chabin

9 June – International Archives Day

This international day aims to raise awareness amongst organisations regarding the importance of archiving media, different types of documents and retention periods.

With good management, archives explain and justify the past. They may also contribute to the future actions of an organisation and help ensure its proper function: With triple administrative, legal and testimonial functions the archives allow:

  • Optimised document flow
  • Improved traceability of information
  • Increased performance, efficiency and help reduce costs
  • Conformity with legislation

By correct classification of archives, organisations have clear and efficient access information. As testimony to the past, archiving is also a means of guaranteeing access to information in cases of dispute.

 

Like Mister Archive, Labgroup ensures the proper management of an organisations information throughout its lifecycle.

An efficient Records Management or Archiving solution ensures that an archive is:

  • authentic – ensures the integrity of the information (no modification of the content)
  • traced  full history of the information throughout its lifecycle
  • perennial – ensures the readability of information over time

Labgroup – your partner for analogue and digital archiving management

 

Since 1977, Labgroup has provided information management and archiving services to organisations.

1st February 2017, Lab Luxembourg SA (Labgroup) became the first certified PSDC (Provider of Digitisation and/or Conservation Services), both for digitisation and conservation services. The legislator in Luxembourg anticipated a transformation of physical to digital with the implementation of the Law of the 25th July 2015 on electronic archiving. This law recognises the presumption of conformity given to electronic copies of paper documents, produced and stored by a certified “PSDC”.

This presumption of conformity is under the condition that the copy complies with a set of methodological and technical requirements guaranteeing its fidelity to the original paper document, as well as its non-alteration over time.

Therefore, with a guarantee from the Luxembourg State, the holders of information from all European countries can now entrust Labgroup with both digitisation operations and the storage of documents with legal value.

Bad dreams about document and data management?

Our archivists will be glad to help you. Contact Florent Laidet, Consultant-Archivist at Labgroup for all services concerning information lifecycle management. flaidet@labgroup.com 

Read communication 9th June 2016 

L’Université du Luxembourg – Développement d’une politique d’archivage

Discover the client reference story in English – Client Reference Story – University of Luxembourg. 

L’université publique du Grand-Duché de Luxembourg (UL) a préparé de longue date le déménagement de ses Campus vers le nouveau Campus de Belval. Le rectorat, l’administration centrale et la Faculté des Lettres, des Sciences Humaines, des Arts et des Sciences de l’Éducation (FLSHASE) devaient donc faire face à ambitieux travail logistique.

« Le nouveau siège de l’Université à Belval ne pouvait pas héberger, au niveau logistique, les milliers de documents archivés  sur son Campus de Walferdange. Il fallait donc classifier, trier et gérer ces archives. Nous avons ainsi pris la décision de collaborer avec un expert dans le domaine. », Nathalie Kirwan, Head of faculty administration, Université du Luxembourg.

« L’Université du Luxembourg héberge des informations importantes et confidentielles. Une bonne logistique ainsi qu’une consultance sur mesure était un prérequis pour garantir l’efficacité et la justesse de ce projet. », Florent Laidet, Consultant-Archiviste chez Labgroup.

Héritière du Centre Universitaire et de l’Institut Supérieur d’Études et de Recherches Pédagogiques (ISERP), l’Université du Luxembourg – Campus de Walferdange, a vu son fonds d’archives considérablement grossir au fil de ses 10 années d’existence. À tel point qu’il s’est avéré inconcevable de le transférer en totalité à Belval.
Afin de se préparer au mieux son déménagement, l’Université a donc décidé de procéder à un tri minutieux pour sélectionner :

  • d’une part les documents à emporter,
  • d’autre part, ceux qui devaient être confiés aux Archives Nationales ou à la Bibliothèque Nationale, en raison de leur valeur historique et mémorielle pour le pays.

Avec la volonté d’optimiser cette opération importante portant sur des milliers de dossiers, l’Université a choisi de faire appel à Labgroup, pour lui apporter l’expertise archivistique requise, sous forme de consultance et de mise à disposition de personnel spécialisé.

« Nous avons proposé une solution en trois grandes étapes à l’Université. Premièrement, le projet a nécessité l’élaboration d’untableau de tri et d’une Politique d’Archivage. S’en est suivi un programme de formation et sensibilisation du personnel chargé d’appliquer les consignes de tri de leurs archives. En dernier lieu, nous avons mis à disposition un archiviste à temps pleinafin d’inventorier et de garantir le transfert de la mémoire de l’Université vers les Archives Nationales. », Florent Laidet, Consultant-Archiviste chez Labgroup.

La solution ?

  • 1. Consultance & élaboration d’un tableau de tri

  • 2. Formation, sensibilisation et suivi sur site

  • 3. Transfert vers les Archives Nationales

Découvrez les détails de la solution en téléchargeant la brochure. 

 

 

 

Journée Internationale des Archives / International Archives Day

Aujourd’hui c’est la journée internationale des Archives !

Une occasion de remercier ceux qui facilitent nos recherches et échanges d’information….

 An opportunity to thank the ones that ease our researches and information exchanges… Today is the International Archives Day! 

Cette journée internationale place les archives au centre de l’attention en démontrant qu’une bonne organisation de la circulation des archives pendant leur cycle de vie est importante.

This international day puts the focus on the archives by highlighting that well-established organisation of the archive(s) flow during their whole lifecycle is important

QU’EST-CE QU’UNE ARCHIVE ? / WHAT ARE ARCHIVES?

Les archives sont des documents de différents types, de différents supports et de différentes périodes qui découlent de l’activité des organisations. Outil de bonne gestion et de gouvernance, elles sont conservées comme preuve ou témoignage du passé. Elles fournissent à la fois des preuves, des explications et des justifications aux actions et aux décisions passées et constituent des bases pour celles du futur.

L’optimisation de l’utilisation et la conservation de vos archives permettent d’améliorer votre efficacité et de rester « compliant » à tous les niveaux de votre activité quotidienne. Perçues comme un challenge pour les organisations, les archives représentent une plus-value.


Archives are documents of different types, age or support that are produced by an organization as part of an activity. Defined as being a management and governance tool for businesses, archives are witnesses of past events. They provide evidence, explanation and justification both for past actions and current decisions.
The optimization of the day to day use as well as the retention schedule of your archives improve your efficiency and enable to stay compliant. Mostly considered as a burden rather than an asset, archives represent an added value to your business.


LA LOI DU 25 JUILLET 2015/ LAW OF THE 25TH OF JULY 2015

Cette nouvelle loi reconnaît la valeur probante des copies électroniques de documents papier, dont elle autorise donc la destruction, et instaure le statut de PSDC (Prestataire de Services de Dématérialisation ou de Conservation). Les archives électroniques créées et conservées par une entreprise certifiée PSDC, bénéficient de la valeur légale d’original”.


This new law acknowledges the probative value of electronic copies of paper documents that therefore allows their destruction, and creates the PSDC status (Dematerialisation and Archiving Service Provider). The electronic archives, created and maintained by a certified company, benefit from the same legal value as the original document.

Plus d’informations ici


LES SOLUTIONS PAR LABGROUP / SOLUTIONS OFFERED BY LABGROUP

La théorie des trois âges des archives est une notion fondamentale de la gestion du cycle de vie des archives. Chaque archive depuis sa création jusqu’à la détermination de son sort final (destruction ou conservation) traverse ces périodes : les archives courantes, les archives intermédiaires et les archives définitives.


The Three Ages Theory is a fundamental notion enabling the management of the lifecycle of archives. Every archive from its creation to determination of its end (destruction or retention) goes through those periods:  active, semi-active, inactive.


La gestion des archives courantes et intermédiaires :

  • Optimisation de la circulation des archives,
  • Organisation des procédures de recherche et de mise à disposition,
  • Gestion des accès et de l’authenticité,
  • Sécurisation de la destruction

La gestion des archives définitives :

  • Décrire les archives et les fonds selon des normes archivistiques,
  • Assurer la conservation à long terme pour les archives sur support physique et électronique,
  • Gérer la confidentialité et la communicabilité.

Manage their active and intermediate archives:

  • Optimization of the information’s circulation,
  • Organization of the searching and display of procedures,
  • Management of the access and authenticity,
  • Secured destruction,

Manage definitive archives:

  • To describe archives and funds according to archival standards,
  • Assure long term preservation both paper and electronic,
  • Transparency and confidentiality.

ARCHIVAGE PAPIER / DOCUMENT ARCHIVING

Plus d’informations ici


ARCHIVAGE ELECTRONIQUE / ELECTRONIC ARCHIVING

Plus d’informations ici

Copyright © 2016 Lab Luxembourg SA, All rights reserved.